mercredi 6 février 2008

Douce Suède

Dans le vent, le froid, la glace, les forêts sans fin du nord suédois, la piste de Solleftea m'a offerte deux victoires en Slalom et une troisième place en Géant. Même dans un climat extrême, la victoire semble douce, ne serait-ce que par deux petits dixièmes de seconde...
Le sympathique autrichien Andreas Kapfinger, 3ème de la coupe du Monde actuelle, se retrouve sur la 2ème marche tandis que le jeune allemand Thomas Nolte prend la 3ème place.

Les Géants ne m'ont pas aussi bien réusi. La piste est façile, le terrain est lourd, mon bob a mal dormi, enfin, bref, toutes les excuses sont bonnes pour expliquer que le jeune Kunz de l'équipe suisse me distance en beauté, suivi d'un de ses compatriotes jusque là inconnu au bataillon des skieurs assis - et pas tout jeune en plus! Oui, je suis un peu véxé d'être tenu en échec, de ne finir "que" troisième du premier Géant. Dans le suivant, après une première manche engagée trop prudemment (en bas du petit mur, trop large et ne gardant pas assez de vitesse pour le plat, je finis 4ème), je ne finis pas la dernière manche - que j'avais skié merveilleusement bien, cela va de soi, jusque la chûte !

L'état d'esprit au départ, tout est là. En spécial, une bonne dose de mentalité guerrière peut aider à taper les piquets - pas les adverssaires - mais en Géant, c'est la décontraction qui prime pour pouvoir enrouler énergiquement et gracieusement chaque porte... Toujours garder à l'esprit le plaisir du jeu...

Et les Suédois m'ont fait deux honneurs: la Marseillaise sur le podium, c'est assez fort, et un article ditirambique dans la gazette locale, découvert sur un coin de table dans un café de Solleftea en compagnie de Kathy, Fed, Greg, Laurent et Franck; oui, oui, lisez vous-même:

La vidéo de la Marseillaise (filmé par Fred, merci!):

 



Aucun commentaire:

Archives du blog