samedi 16 février 2008

Super Extra Méga Géant

A Combloux, j'ai décidé de tenter le diable en recommençant sur une coupe nationale une épreuve de vitesse: le Supergéant. Depuis les Jeux de Salt Lake et une chute marquante en descente (en réception du saut de la photo ci-jointe) , je n'avais plus joué à ce jeu-là. Trop de crainte. Six ans plus tard, confiant comme jamais dans mon nouveau matérial, le déjà fameux "Scarver" de Tessier, je pousse la spatule vers de grandes courbes. Inconscience ?
Il y a quelques mois, notre entraîneur, Dao Léna, après avoir assisté pendant un entraînement à une de mes mauvaises chutes en Spécial (la pointe du ski stoppée net sur un piquet, je vole par dessus, aie aie le dos!) a expliqué: "je comprends pourquoi Jean-Yves ne fait pas de vitesse: il ne sait pas ralentir".
C'est un peu vrai. S'élancer, c'est pour tout ou rien.
A Combloux aujourd'hui, il y a deux Supergéants mais la piste est gentille: peu de pente et la neige est douce, presque tendre. Bien sûr, il y a la forêt de chaque coté de la piste, pas du tout sécurisée, mais je ne tiens pas à m'arrêter contre un tronc. A peine si j'y pense.
Ambiance sympathique et départ décontracté, rien de mieux pour un renouveau. C'est parti.
Cinquième porte, premier grand virage à droite, je ne suis pas assez large. Bingo, la gamelle! C'est allé vite, ça n'a pas duré longtemps et j'ai évité les troncs! Je peux repartir pour quand même apprécier la suite du parcours, avec un petit "jump", j'adore!

Deuxième course sur le même parcours, cette fois-ci, je ne me fais pas avoir sur le grand virage à droite... le "jump" me régale à nouveau et je trouve presque que ça tourne trop: un comble pour un skieur de Spécial!
Je l'emporte de peu sur mon ami Fred qui n'est pas mécontent de me faire sentir "son souffle chaud sur la nuque": une promesse de début de saison pas encore tenue...
Une chute et une victoire, le bilan se discute. La tentation de jouer encore à ce jeu-là est sûrement la plus forte...

Aucun commentaire:

Archives du blog