vendredi 20 février 2009

VICE CHAMPION DU MONDE

Au terme de deux manches de slalom très disputées, je décroche en Corée la médaille d'argent des championnats du Monde, derrière le multi-médaillé autrichien Jurgen Egle et devant le champion en titre allemand Martin Braxenthaler.

Si pour certains, la Corée, ça Séoul, pour moi, c'est un engagement Corée âme. Dès la première manche, je fonce tête baissée (en regardant quand même devant moi) et je n'épargne que cinq piquets, sur la cinquantaine qui encombre la piste. Tous les autres au tapis ! 2ème place mais cinq coureurs se tiennent en une seconde. Rien n'est joué. Autant avouer qu'entre les deux manches, je n'ai pas mangé grand chose. Dommage pour les sushis makis, nigiris, temakis, oshis, pour les samkyetang (soupes) de poulet, les bulgogis (barbecue) épicés, les kimshis (chous) pimentés et autres currys de fruits de mer, le stage culinaire est repoussé de quelques heures. Mon appétit est proportionel à la distance qui me sépare du premier...

Très courtois, je laisse treize coureurs s'élancer avant moi (selon la règle du Bibo). Je me recoiffe pour la TV Coréenne (qui diffuse tout en direct) et chausse mon p'tit Dynastar favori. C'est parti.
Je me fais plaisir avec 100% de piquets "touchés-coulés" sur une ligne vive et fluide (le crépitement du feu allié à l'écoulement de l'eau, dirait MMA). Manche gagnée. Hélas le premier ne craque pas et conserve une petite avance: je suis deuxième.

J'adore les moments qui suivent, où la joie est partagé avec les autres médaillés, et surtout où chacun dans l'Equipe prend sa part de succés.
C'est comme une récompense collective: pour les coaches qui ont conseillé, encouragé, filmé; pour le kiné qui a massé, étiré, relaxé; pour le sherpa chargé comme un mulet (ah les pieces de rechange!); pour le technicien qui a choyé les planches; pour les autres coureurs qui ont stimulé la compétition. Paluches écrasés, claques dans les mains, tapes sur l'épaule, accolades et étreintes viriles, la joie est un bien-être physiquement transmissible.

Vice champion du monde, champion du monde du vice, champion du monde de la deuxième manche... que de jolis qualificatifs... j'en demande enCore et en Corée.

Aucun commentaire:

Archives du blog