samedi 15 février 2014

L'argent de Saint Moritz


Il y avait deux slaloms et c'est avec l'intention d'y empocher l'or que je m'y suis lancé.
Peine perdue, le croate Dino, dès la première manche, a montré qui était le patron sur la piste glacée et diffiçile de la station de St Moritz. Pire, il accroit son avance sur la seconde manche, malgré un passage où je m'imagine à tord être imbattu... Je rafle quand même une médaille d'argent, mais lorsqu'on a goutté à la place du milieu sur le podium, les accessits n'ont plus le même goût ! J'ai le plaisir de recevoir ma récompense des mains d'une légende extrêmement sympathique: Didier Cuche en personne (derrière moi sur la photo).


Le lendemain, rien à perdre, je lance la bataille dans le mur initial avec fougue, ça passe. Je continue dans l'alignement (la quadruple), et à nouveau, ça passe. Vite. Je me réjouis un peu trop tôt. Je suis trop bas sur la double suivante. Mon avant-bras intérieur tape les piquets, et me vrille. Adieu la victoire.
Seule consolation: une deuxième manche victorieuse qui me fait remonter de la 11ème à la 5ème place. Loin, très loin de mon objectif !

Dans la discipline du Géant, je prends de plus en plus de plaisir. Mes trajectoires sont plus précises mais il faut attaquer comme un ane de haut en bas - ce que pour l'instant je ne fais que sur des portions... Si je finis troisième d'une manche, et cinquième au total, je sais bien que ces classements encourageants sont principalement dû... à l'absence de nombreux concurrents ! 

Bon, d'accord, les absents ont toujours tort.




Aucun commentaire:

Archives du blog