jeudi 12 mars 2015

Inachevé

Décidément, l'histoire se répête cruellement.
Sélectionné pour les Géant et Slalom des championnats du monde, je me suis envolé pour Calgary et ai filé vers les Rocheuses, à Panorama - qui porte très bien son nom. 
Une forme physique impéccable, une bonne récupération, un état d'esprit conquérant, une pression minimale, je croyais une fois de plus pouvoir faire des merveilles. Mise en confiance par des entraînements d'avant course positifs, surtout en slalom où pente et glace ne m'effrayaient pas plus que ça, je passe à coté des épreuves. Au sens propre et figuré puisque je sors aux premières manches ! Nouvelle et rapide désillusion, j'ai l'impression d'être techniquement au point tandis que j'ai tactiquement tout faux: je suis arrivé plein pot sur le mur raide et glacé, incapable de tenir la trajectoire. Sur 24 partants, 6 seulement achèveront les deux manches. Maigre consolation.

De retour sans le Graal, je me réjouis des exploits de Fred, qui après avoir ravi l'argent en superG décroche le bronze en combiné, et de Marie, quintuple championne. Qui dit mieux ?
Je peux me réjouir aussi de ce grand voyage et de la découverte des Rocheuses canadiennes magnifiques et gigantesques, de ces forêts qui s'étendent en altitude, de ces larges vallées aux pentes immenses et de ce sentiment d'être minuscule dans ce désert de montagnes blanc et sauvage.
Je peux me réjouir des bons moments passés avec l'Equipe et les concurrents,  les discussions flamboyantes, les blagues sans fin, les petits repas sympas et les pentes dévalées ensembles, en ski libre comme en entraînement.

Plein de bonnes raisons de se consoler, mais le goût amer de l'inachevé n'a pas fini de me poursuivre. Me voilà achevé par de l'inachevé ! Il faut s'y faire. C'est la loi du ski.




Aucun commentaire:

Archives du blog